more from
Grosse Boîte

Objets perdus

by Evelyne Brochu

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $10 CAD  or more

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Objets perdus via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days
    Purchasable with gift card

      $20 CAD or more 

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Objets perdus via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days
    Purchasable with gift card

      $14 CAD

     

1.
Marche avec moi J’ai tant de choses à te dire Je sais, il fait bien froid Mais tu as ton cachemire Laisse la nuit comme elle est Elle saura nous attendre C’est maintenant ou jamais J’ai un secret qui me hante C’est maintenant ou jamais Laisse la nuit comme elle est Je te raconterai, je te raconterai Ce qui ne se dit pas Un aveu mentholé à la fin de l’été Je te dirai tout bas Il fait bien clair dehors La lune est indécente Vois, je rougis encore Ce n’est dû qu’à l’attente Prends-moi dans tes bras Sens comme ça me tourmente J’ai un secret pour toi Qui dort depuis longtemps déjà Laisse la nuit comme elle est C’est maintenant ou jamais Je te raconterai, je te raconterai Ce qui ne se dit pas Un aveu mentholé à la fin de l’été Je te dirai tout bas Je te raconterai, je te raconterai Ce qui ne se dit pas Un aveu mentholé à la fin de l’été Je me confie à toi
2.
Dans sept jours exactement L'air aura pris le goût de l'eau Mon sang fera comme au printemps Font les rivières et et les ruisseaux Dans une semaine au pied du ciel Je déposerai mes trésors Et de tes lèvres au goût de miel Je boirai toute l'eau de ton corps Je mangerai le pain béni Je lirai les journaux gratuits J'aurai le rythme primitif Des choses douces et génériques Plus que la lune du septième jour Plus que les grands feux du retour J'espère l'arrivée de l'hiver Je m'y lancerai toute entière Dans sept jours exactement Dehors le froid qui mord les joues Fera la fête loin de nous Aux fantômes flous des nuits anciennes Ou mes mains étaient loin des tiennes Sur un calendrier de sel Je verse la rosée du temps Le vent me donnera mon ciel Dans une semaine exactement Dans sept jours exactement Je compte en attendant Dans sept jours exactement
3.
Adrénaline Illégale, mesquine Je t’attendrai là-bas As à l’escrime D’une lame toute fine Je me vengerai de toi L’âme aux abois Tu te colleras à moi Comme une copie carbone Un peu pâle mais lisible Calque quelques phéromones De mon monde sensible Et les voyelles et les consonnes Que je te chante déjà Comme une copie carbone Tu me les souffleras Adrénaline D’une page sibylline Moitié machine, mi-main Lente guillotine Une étrange médecine Un délai sur la fin Comme une copie carbone Un peu pâle mais lisible Calque quelques phéromones De mon monde sensible Et les voyelles et les consonnes Que je te chante déjà Comme une copie carbone Tu me les souffleras Comme une copie carbone Un peu pâle, un peu livide Calque quelques phéromones De mon monde sensible Et les voyelles et les consonnes Que je te chante déjà Comme une copie carbone Tu me les souffleras
4.
03:34
Le long des routes nomades Du haut des hautes barricades Sur le bord du lit, malade C’est si facile de glisser Mais que diraient les enfants sages Tout muets pendant l’orage S’ils nous voyaient sur la plage Chantonner, enlacés C’est difficile De ne pas tomber, de ne pas perdre pied C’est difficile de ne pas tomber Qu’en diront Cicéron, Sade Hermione et Shéhérazade Quand de nos nuages fades On soupirera, lassés C’est difficile De persévérer sans fermer boutique C’est difficile Mais quand je regarde au loin, tout se complique Car devant l’effort des cigales Dans la mue imaginale Que vaut l’humeur inégale Qui hante les vacanciers C’est difficile De ne pas tomber, de ne pas perdre pied C’est difficile de ne pas tomber C’est difficile De survivre à nos espoirs romantiques C’est difficile Mais quand je regarde au loin tout se complique
5.
03:49
Désabusée, désabusée Au récital, dans les musées À l’aquarium municipal C’est sans nuances, c’est presque final Désabusée, déjà usée Peu amusée par l’équipage De la fusée ivre de rage Dans une cage déverrouillée Tu peux faire semblant Que tout redeviendra comme avant Dans ce jeu troublant Nous reprendrons à la mi-temps Mais désabusées, démesurées Mi-animales, mi-animées Par un signal, une poussée Qui nous emballe sans s’arrêter Désabusée, désaturée Comme une toile surexposée Ironisée comme l’étoile Qui fait lumière après des années Tu peux faire semblant Que tout redeviendra comme avant Dans ce jeu troublant Nous reprendrons à la mi-temps On peut voir souvent Que comme des bourgeons les amants Après l’hiver blanc Reviennent à la vie au printemps Mais désabusés
6.
Par terre traîne un disque de Moroder Un café que tu ne boiras jamais Une lampe Serpente jette sa lumière Sur un vase, serait-il japonais ? Le palo santo laisse tomber ses cendres Sur un vieux tapis de chez Muji Je peux voir quelques traces de tes souvenirs tendres Près des figurines d’Hello Kitty Est-ce que le désordre de ta chambre Est à l’image de celui de ta vie ? Devrais-je m’obliger à redescendre et partir d’ici ? As-tu choisi chacun de ces objets ? Est-ce le reflet de ce que tu es ? Dois-je t’avouer que j’adore ce moment passé dans ton lit ? Le piano fait de l’ombre à une orchidée Près du poster de Moon Safari Dans un carnet tu notes quelques idées Est-ce mon nom sur ce papier de riz ? Le globe terrestre sur un recueil Les poésies de Saint-Denys Garneau Une copie de Eames en guise de fauteuil Où repose une chaîne stéréo Est-ce que le désordre de ta chambre Est à l’image de celui de ta vie ? Devrais-je m’obliger à redescendre et partir d’ici ? As-tu choisi chacun de ces objets ? Est-ce le reflet de ce que tu es ? Dois-je t’avouer que j’adore ce moment passé dans ton lit ? Le désordre de ta chambre Celui de ta vie Redescendre Partir d’ici Ces objets Ce que tu es Dois-je t’avouer que j’adore ce moment passé dans ton lit ?
7.
Mes yeux sur ta peau Nous deux sans un mot Le soir nous va si bien Mais seul est mon cœur Et longues les heures Jusqu'au petit matin Devant la nuit qui tombe je t'aime bien Devant la nuit qui tombe Sous le soleil qui plombe ça ne donne rien Sous le soleil qui plombe L'aube a dessiné Sur tes poings fermés Un symbole maya Tu dormais si dur J'ai su la torture Des prisonniers incas Nous nous sommes enlacés sans ambages J'ai flotté dans un livre d'images Puis je n'ai rien vécu dans mon cœur Que la vive douleur D'être seule avec toi Devant la nuit qui tombe je t'aime bien Devant la nuit qui tombe Sous le soleil qui plombe ça ne donne rien Sous le soleil qui plombe J'ai prétexté quelque rendez-vous Au fond d'un gouffre, île de Corfou Je ne voudrais vivre dans mon cœur La sordide douleur D'être encore avec toi Devant la nuit qui tombe je t'aime bien Devant la nuit qui tombe Sous le soleil qui plombe ça ne donne rien Sous le soleil qui plombe
8.
Chœur de filles et percussions Les idées folles en voyage Le rouge aux lèvres des chansons La vue du sixième étage J’aurai une escale à Madrid La course dans les allées vides Tu m’attendras les joues humides Ce bar d’hôtel sera parfait Nous en ferons notre village Dans le miroir, tes yeux défaits Dévoreront mon visage J’arrive avec le vin torride Citron sucré, citron acide Je te joindrai dans l’air humide La nuit est sale, sublime et longue J’en salirai chaque seconde Je partirai les joues humides Peur de filer un mauvais coton Demain en pliant bagage Je reconstruirai mon matin Sous un nouveau maquillage J’aurai une escale à Madrid Des idées folles en chrysalides Tu m’attendras les joues humides Je repartirai au matin Citron amer, citron salin Les courses dans les allées vides
9.
L'autre jour en me promenant Au hasard pour passer le temps J'ai bifurqué vers un quartier Qu'il y a longtemps j'avais quitté Devant la mer de goélands Qui colore la place tout en blanc Je me suis arrêtée le temps D'un flashback adolescent Au pied de la statue de qui Nous sommes-nous autrefois souri ? J'avoue, je ne l'ai jamais su Du temps où nous nous sommes connus Mais ce qui en ce jeudi m'arrête Comme s’essouffle une allumette C'est ce souvenir si puissant Une étincelle de nos seize ans Aurais-je pu comprendre avant Quel était cet effet troublant Quand nous nous étions enlacés D'une étreinte mal assurée Mais l'éclair était-il mutuel ? Les oiseaux passaient dans le ciel Je me revois encore souhaiter Que ça dure toute la journée Si je n'étais jamais repassée Sur ces traces un peu oubliées Jamais je n'aurais pu nommer Ce qui ce jour m'a habité Ce sentiment indéfini Qui nous étonne toute la vie Je sais après toutes ces années Qu’à cet instant, je t'ai aimé
10.
Je ne suis pas la bonne fille Pour ce jeu que tu joues là Ces frissons de pacotille Je les connais bien déjà Je ne suis pas la bonne fille Oui je sais, tu sais tout ça Il n'y a que toi qui oscille Qui valse entre tant de bras Et comme un poisson d'eau douce Qui glisse dans un océan C'est une trop forte secousse Ça ne peut vivre qu'un temps Serai-je la dernière fille Qui te donnera cet émoi Lorsque tu me déshabilles Lorsque je suis dans tes bras Un arôme de vanille Traînera sur toi ce jour-là Et mes yeux, comme des billes Pourront rouler loin de toi Et comme un poisson d'eau douce Qui glisse dans un océan C'est une trop forte secousse Ça ne peut vivre qu'un temps Oui comme un poisson d'eau douce Qui glisse dans un océan C'est une trop forte secousse Ça ne peut vivre qu'un temps
11.
03:35
Tu m'as dit que la mer se déchaîne contre toi Si elle prononce ton nom à vive voix, dis-le moi Et j'ai senti que la ville entière te déçoit Qu'aurait-elle donc fait à personne d'autre que je ne voie ? Six mois que tu as froid Déchiré, tu revois les lieux accidentés D'une chute de passage que tu n'as pas vue arriver Mais la faim tremble dans le silence de ta voix Sourde qui ne gronde que lorsque personne n'est là Six mois, six mois Que ton soleil ne se lève pas Six mois dans la Chambre froide sous les toits Six mois, déjà Que j'ausculte du bout des doigts Sur ton cœur sombre La fissure qui cèdera Six mois, six mois Glacé comme une proie Six mois, six mois Que ton âme est aux abois

credits

released September 20, 2019

Réalisation: Félix Dyotte
Prise de son: Philippe Brault au Treatment Room
sauf pour la batterie de «Poisson d’eau douce»: prise de son par Éric Rathé et François Dufault au studio B12, à Valcourt
Mixage: Philippe Brault
Matriçage: Marc Thériault à Le Lab Mastering
Photographie: Alex Blouin et Jodi Heartz
Direction artistique visuelle: Bien à vous studio
Maison de disques : Grosse Boîte

license

all rights reserved

tags

about

Evelyne Brochu Montreal, Québec

Info COVID-19 - La boutique est ouverte, mais il se pourrait que les délais de livraison soient plus longs qu'à l'habitude. Tous les détails ici: boutique.daretocarerecords.com/pages/livraison

shows

contact / help

Contact Evelyne Brochu

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Evelyne Brochu, you may also like: